reseaux-instagram reseaux-youtube reseaux-twitter reseaux-pinterest

ANECDOTES DU PARIS INSOLITE

Les meilleurs secrets & curiosités de Paris

retour aux
anecdotes

Le chef d'oeuvre de Charles Garnier

Pour quitter le mode zoom, cliquez sur "ECHAP" ou "ESC"

Dieu ou Architecte

L'histoire de Charles Garnier

Sur l’aile gauche de l’Opéra, au pied des escaliers du pavillon du chef de l'état, un imposant groupe sculpté attire les regards des flâneurs. Il s’agit d’un hommage au créateur du monument, Charles Garnier, entouré à gauche par l’allégorie de « La renommée » et à droite par celle de « L’étude ».

Fils d’un loueur de voitures hippomobiles, le petit Charles vit ses premières années à Paris et poursuit ses études jusqu’à l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Afin de devenir architecte, il effectue plusieurs stages dans des cabinets prestigieux et décroche en 1848 le graal de la profession : le grand prix de Rome. Avec son ami, le poète Théophile Gautier, il s’échappe ensuite pour faire de nombreux voyages en Italie et en Grèce où il découvre les couleurs et la beauté des bâtisses méditerrannéennes. C’est là qu’il développe son style, marqué par la polychromie et la parfaite intégration des trois arts : l’architecture, la peinture et la sculpture.

À son retour en France, il se marie et se lance dans le concours du nouvel opéra de Paris voulu par Napoléon III. Contre toute attente, l’audace de son dossier le fait sortir vainqueur et Garnier décide immédiatement d’approfondir ses connaissances en partant étudier les plus grandes salles de spectacle d’Europe. Les débuts des fondations sont compliquées car le sol du futur monument est marécageux. Mais qu’à cela ne tienne, Garnier décide de faire pomper toute l’eau de la nappe phréatique pendant 7 mois ! Autre fait insolite, lorsqu’il se rend compte que les immeubles avoisinants sont plus hauts que son ouvrage, il va même jusqu’à faire réhausser le toit du bâtiment avec une immense coupole.

Subissant de nombreux coups d’arrêt, notamment durant la période des insurrections de la Commune de Paris, les travaux de l’Opéra sont finalement repris en 1870 dans un rythme  infernal, jour et nuit, pour être achevés cinq ans plus tard. Lors de l’inauguration, l’organisation de l'espace et du décor de l'Opéra Garnier est soudainement mise en lumière. Tout est somptueux : l'entrée du grand public, le grand escalier, le foyer de la danse, la galerie et la rotonde du Glacier. Le chef d’oeuvre propulse Garnier au rand d’Officier de la Légion d’Honneur mais les autorités de la ville n’apprécient pas son attachement au Second Empire et lui imposent de payer sa place pour assister au premier spectacle donné dans son propre opéra !

Garnier profite ensuite d’une vie sociale intense. D'un naturel chaleureux il aide beaucoup ses pairs et s’engage pour aider de jeunes étudiants défavorisés. Il finira ses jours, occupé par de nombreux projets architecturaux, dont celui du tombeau de son ami Georges Bizet au cimetière du Père-Lachaise. Interrogé sur sa conception de l’architecture il s’exprimait ainsi : « Il n'y a pas à choisir entre les arts, il faut être Dieu ou architecte ».

Photo : L'histoire du Palais Garnier


Carte et infos

ping-rond-mobile

Tags : musique, opéra, danse, art, culture garnier, palais, architecture, architecte

Veuillez vous connecter

1 place de l'Opéra, 75009 Paris

Vue carte

Vue satellite

Gérez vos favoris et accédez gratuitement à toutes les fonctions du site !

En créant votre compte, vous pourrez aussi accéder à l’ensemble des photos et articles, sans aucune limitation.

Veuillez vous connecter

Déjà membre ? connectez-vous ici